Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 septembre 2010 5 03 /09 /septembre /2010 18:00

Voyelles

 

                  Mes chers amis,

 

                 Je vous ai déjà présenté naguère deux de mes amies voyelles, la voyelle a et la voyelle e.

                  Il s'avère que les voyelles i, o et u, ulcérées de n'avoir pas eu droit à un billet, se sont réunies et ont décidé de se passer de mes services pour se présenter elles-mêmes.

                  Il eut été mesquin de ma part de faire fi de leur travail, j'ai donc décidé de le publier ici.

                  Vous noterez que le y ne s'est pas manifesté, nous ne savons pas pour quelles raisons.

 

                  Amicalement.

 

                                                                                                                                                         Professeur Schmürtz

 

 

 

Je suis l'i vert : je suis une voyelle monochrome, en cela je suis exceptionnelle ; je suis également une voyelle dont la couleur ne passe pas facilement, bon an mal an, elle tient trois mois.

 

Je suis l'o : je suis la voyelle protéiforme par excellence, voyez un peu :

 

l'o vert bien connu des gynécologues, qu'ils en aient ou pas.

 

l'o puce (brun-rouge foncé) qui se décline différemment selon que l'on est musicien ou architecte : citons l'o puce citatum (op. cit.), l'o puce laudatum (op. laud.), l'o puce francigenum, l'o puce incertum, l'o puce reticulatum et l'o puce spicatum.

 

l'o blond, (proche du jaune, entre le doré et le châtain clair) qui est plus long que large et ressemble assez au zér0 mais il n'est pas coquille d'0euf pour autant. Un bon c0iffeur distinguera l'o blond vénitien, l'o blond cendré, l'o blond platine et l'o blond doré.

 

Il y avait bien une dernière couleur pour moi c'était la couleur thé, mais j'ai préféré l'oter !

 

Je suis l'u : je peux également revêtir la couleur thé, mais à quoi bon l'u thé, ma seule couleur représentative se trouve dans la palette des rouges ; vous aurez toutes et tous, avant que je n'achève ma phrase, reconnu cet u contenu dans luxure, dans concupiscence, dans jouissance, dans stupre et dans rut, sans oublier quelques organes utiles à la copulation mais la liste est trop longue et je ne voudrais pas abuser de votre patience, ...je viens clore le cycle de la couleur des voyelles commencé par le professeur Schmürtz dont je décore le nom, seule voyelle entourée de toutes ces consonnes viriles ... je suis l'u brique ! 

 

P. S. Celles et ceux qui ont remarqué l'illustration trouveront toutes les explications utiles à son sujet ici.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier de Vaux - dans PROFESSEUR SCHMÜRTZ
commenter cet article

commentaires

Lmvie 25/09/2010 17:28



Quel régal, je me délecte...



Olivier de Vaux 25/09/2010 20:21



Merci, on est toujours content de savoir qu'un article a vraiment plu à quelques lecteurs.


 


 



croukougnouche 05/09/2010 22:39



est-ce que les "voix y "elles sont plus aigues à entendre que les  "Qu'on sonne"?


Il me semble que les "qu'on sonne" font plus sérieux , les "voix y elles " me paraissent du genre écervelées qui battent des cils ; quant aux couleurs , pas de doute , les "qu"on sonne" sont
vêtues de cheviotte , de tweed solide , couleur feuille morte alors que les voix y elles " virevoltent entre ces piliers du bien parler , en tenue légère et vaporeuse , jaune poussin , rose
tendre ou vert amande ..



Olivier de Vaux 06/09/2010 07:54



Ton analyse picturale,poétique et musicale de nos lettres est fort juste, et puis c'est du pur Croukougnouche.



Nounedeb 05/09/2010 18:32



Salut Olivier, salut bien bas ton talent. Est-ce que ça marche aussi avec les consonnes?



Olivier de Vaux 05/09/2010 20:27



Bonsoir Nounedeb, avec les voyelles c'était assez drôle, mais je ne suis pas sûr que l'on puisse arriver au même résultat avec les consonnes.



Pangloss 05/09/2010 14:54



Je me suis permis de mettre cet excellent blog en lien sur les blogs que je recommande (rubrique "Allez voir").



Olivier de Vaux 05/09/2010 17:01







Quichottine 05/09/2010 13:24



Là, je n'aurais pas du tout compris.


 


Me confondre avec Tricôtine, dans une réponse à  un commentaire, c'est plutôt flatteur.


 


J'aime bien ses commentaires.


 


Me confondre avec mon amie Sanchette* en déformant son nom, ou donner un féminin improbable à Rossinante... Bon, tu en as d'autres comme ça ?


 


(morte de rire... Bises, Olivier, tout va bien)


 


 


* Sanchette a été dessinée par mon ami Koulou lorsque je lui demandais de m'offrir cette amie pour mes histoires.



Olivier de Vaux 05/09/2010 16:49



Les chaussettes de Sanchette ...   , non, profitons de cette merveilleuse arrière saison pour rester les pieds
nus dans l'herbe tendre. A bientôt.