Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 août 2012 7 19 /08 /août /2012 16:11

Eh bien, je vous invite à écouter ce bon  Abbé de Lattaignant.

Par la même occasion, celles et ceux qui ne connaissent pas encore

Litteratureaudio.com

seront sans doute contents.


Le mot et la chose

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier de Vaux - dans TEXTES
commenter cet article

commentaires

visit here 06/01/2015 09:59

It is interesting to know about Gabriel-Charles de Lattaignant. I have read some of his poems and I think he give importance to humor in most of his poems. His thoughts are different from other authors.

Marie de Cabardouche 31/08/2012 15:46


Merci d'avoir remis en mémoire ce  discours bien délicat. Je souhaite à cet abbé contraint d'avoir bien vécu et se s'être délecté du fruit des cépages rémois!

Olivier de Vaux 01/09/2012 22:19



Je suis persuadé qu'il a bien vécu, je suis prêt à parier à dix contraints !



Carlus 26/08/2012 09:31


Merci, Olivier tant pour ce joyeux poème certes un peu grivois (pour un abbé !) mais si bien tourné, que pour ce site génial. Il n'est pas seulement destiné aux mal- voyants mais à tous ceux qui,
comme moi, ont envie, au volant de la bagnole ou en bricolant chez soi, d'écouter autre chose que ce que propose la télé et la radio.

Olivier de Vaux 30/08/2012 16:11



Et on savoure autrement des textes parfois lu, relus et re-relus ! 



Lenaïg 23/08/2012 21:47


Ce poème, c'est quelque chose ! Et cet abbé, c'était quelqu'un !



Olivier de Vaux 24/08/2012 07:45



Et sa vie ne fut pas quelconque ! 



DI 23/08/2012 13:51


Quand l'abbé mentionne le mot c'est pour parler de la chose sans la nommer, puisqu'il s'agit de la même chose. Mais quelle est cette chose, quel est ce mot. Poème libertin, liturgique ? Mais bien
sur énigmatique. Serait-ce l'amour, serait-ce l'hostie ? Ce poème est quelque chose, je vous en passe le mot.

Olivier de Vaux 23/08/2012 21:55



Poème libertin ? Allons donc, l'abbé ne mangerait pas de ce pain là, ce serait pain béni pour ceux de la Réforme. Du pain béni à l'hostie, il n'y a qu'un pas, et puis, est liturgique ce qui est
propre au service du cul


te.


Tiens, l'orage de grêle provoque des sautes de ligne intempestives. Toujours est-il que, en effet, ce poème est quelque chose, je vous en passe le mot, reprenant à mon tour le dit de DI. J'hésite
pour le prénom : Lun, Mar, Mercre, Jeu, Vendre, Same ou encore Manche. Aujourd'hui ce sera Jeu, je vous le dis !