Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 décembre 2009 1 21 /12 /décembre /2009 11:13

Madame me reproche d'employer des mots que l'on ne trouve pas dans le dictionnaire,

en brandissant le Lexis (de Larousse, 76000 mots). Je persiste à le faire car un mot ne vit

que lorsqu'on l'emploie et j'aime "abstème", donc je l'emploie.

Jamais un dictionnaire unique ne pourra contenir tous les mots de notre belle langue et je

ne peux me contenter de la consultation d'un seul dictionnaire pour bien connaître un mot,

aussi courant soit-il. Ainsi, pour "abstème", voyons quelques dicos !

 

Littré, incontournable

abstème

nm et nf (ab-stê-m')

  • Qui ne boit pas de vin. Telle qu'est celle (l'exception) des abstèmes, qui ne peuvent boire de vin. [Bossuet, Déf. comm.]



Le Robert, si précis, si précieux



Abstème adj. (1596; empr. au lat. abstemius, de ab- et d'un élément "temum (seul le dér.

temetum est attesté) désignant une boisson enivrante et la plante fournissant cette liqueur)

1 Dr. canon. Qui s'abstient de boire du vin.

2 (xvIIIe s.) Qui s'abstient de boire de l'alcool. > abstinent. Il est abstème depuis son

hépatite."...nous serions tous abstèmes si l'on ne nous eût donné du vin dans nos jeunes

ans" (Rousseau, Emile).



Wikipedia, si pratique

Abstème

Le mot abstème vient du latin abstemius (« qui s'abstient de vin », « sobre »). Il est à la fois adjectif et nom commun.

Les abstèmes sont nombreux, notamment du fait de religions telles que l'Islam, l'orthodoxie (lors de jeûnes), ou bien par accord avec un idéal de pureté lié à d'autres religions (Bouddhisme, Jaïnisme, Sikhisme ,etc...) ou pas.

L'abstème peut aussi simplement rejeter l'alcool par dégoût gustatif ou psychologique (par ancien alcoolisme, personnel ou de ses proches), etc.

Le CNRTL, un monument

Abstème

Qui ne boit pas de vin.

A.− DR. CANON. [En parlant d'un homme] Qui, par aversion naturelle, ne peut communier au vin et auquel, de ce fait, l'accès au sacerdoce est, sauf dispense, interdit.

Rem. Les disputes théol. entre calvinistes et luthériens ont donné à ce mot un certain relief. Les calvinistes admettaient la communion au seul pain, les luthériens rejetaient cette pratique.

B.− P. ext. Qui s'abstient de vin. Les musulmans sont abstèmes. (Ac. 1878).

1. Volontaire Tantale, abstème comédien, martyr de la maigreur. Anatomie disséquée par elle-même, il ne touchait aux mets que du bout des dents, ...
T. Gautier, Le Capitaine Fracasse, 1863, p. 33.

2. ... un jour, disent les chroniques,
Son roi, vrai roi d'Eldorado,
Fit dans les fontaines publiques
Couler du pinard au lieu d'eau;
En jurant sur son diadème,
Que celui qui n'en boirait pas,
Jusque y compris le plus abstème,
Serait pendu la tête en bas.
R. Ponchon, La Muse au cabaret, Conte, 1920, p. 41.

3. Dès l'Avenir de la science, son [de Renan] austère jeunesse ose ce singulier aveu : « dans ma chambre nue et froide, dit-il, abstème et vêtu pauvrement, je comprends, ce me semble, la beauté d'une manière assez élevée. »
H. Massis, Jugements, t. 1, 1923, p. 91.

Rem. Mot rare. Rheims 1969 cite :
4. Vous avez confessé l'anneau
de Gygès, remué les gemmes
À pleines mains; à plein tonneau,
Bu les rubis les moins abstèmes.
R. de Montesquiou, Les Paons, VI, De lapidibus, 1901, p. 14.
et ajoute : ,,Terme inusité. Qui s'abstient de boire du vin (latin temetum). Employé ici par une métaphore rapprochant la couleur du rubis et du vin pur; il est également possible que abstème soit pris avec l'acception erronée « qui ne doit pas être bu ». Il fait partie de ces mots affectionnés par les symbolistes et les décadents.`` [Il faut sans doute comprendre : « dont on s'abstient habituellement »] .

Prononc. ET ORTH. : [ab̭stεm]. Barbeau-Rodhe 1930 donne également la possibilité d'une prononc. avec [ε:] long. − Rem. Le mot est enregistré avec un accent circonflexe, abstême, ds Fur. 1701 et ds les différentes éd. de Trév. À partir de Ac. 1762, le mot est noté avec un accent grave.

Étymol. ET HIST. − Corresp. rom. : ital. astemio; esp., port. abstemio; cat. abstemi.
1596 « qui ne boit jamais de vin » (Mellema, Dict. fr.-flam., s.v. : Abstème : Die nimmer meer wyn en drinct). Terme relig. devenu litt. au xviiie s. (J. J. Rousseau, Émile, II ds Littré : Nous serions tous abstèmes si l'on ne nous eût donné du vin dans nos jeunes ans). Dep. le début du xixe s., la plupart des lexicogr. le signalent comme peu usité (cf. Ac. 1835, 1878; Besch. 1845, Quillet et aussi sém. A, rem.). Noter également l'emploi comme terme de civilisation romaine : Les Dames Romaines dans les premiers temps étoient abstêmes; et afin qu'on pût s'apercevoir si elles buvoient du vin, les Loix de la Civilité Romaine étoient qu'elles donnassent le baiser à leurs parents, quand elles les abordoient. Trév. 1752, Besch. 1845.
Du lat. abstemius « qui s'abstient de boire du vin » dep. Lucilius, 220 ds TLL s.v., 188, 65; orig. du mot ds Porphyr, Hor. epist., I, 12, 27 ds TLL s.v., 188, 58 : abstemius, qui abstinet. An, ut quidam putant abs temeto, id est siccus ac sine vino et sobrius; voir aussi Ern.-Meillet 1959 s.v. temetum. Emploi relig. en lat. médiév. : 1056-58, Humbertus, Adversu Simoniacos, 2, 27, p. 173, 43 ds Mittellat. W. 58, 5 : manichaei abstemi a vino sanguinis Christi... se substrahebant.

STAT. − Fréq. abs. litt. : 4.

BBG. − Ac. Gastr. 1962. − Bouillet 1859. − Garnier-Del. 1961 [1958]. − Littré-Robin 1865. − Mots rares 1965. − Nysten 1814-20 − St-Edme t. 1 1824 − Théol. cath. t. 1 1909.

 

Le mot "abstème" figure même dans le Dicolive, quelle surprise !


  • abstème adj. et n. Qui ne boit pas de vin ; qui a horreur du vin. Tout bon pochard saxon ressent une profonde aversion pour l’abstème latin.


CONCLUSION  A ceux d'entre vous  qui m'ont suivi jusque là je dis qu'il ne faut pas qu'ils s'abstiennent en vain,  il y a plus d'abstèmes porteurs que de porteurs abstèmes, l'abstème hérité de Charles l'Abstéméraire vaut bien l'abstème oint de Jéhovah, qu'on se le dise ! Hips !







 

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier de Vaux - dans MOTS
commenter cet article

commentaires

Olivier de Vaux 29/12/2009 08:44


Voilà qui ne m'étonne pas. Personnellement je suis prêt à me mettre à l'eau pendant un mois pour partager avec mes amis un grand vin. Mais attention, chère Champ Libre, il doit chambrer dans une
pièce entre 16° et 20° selon les cas !


Champ Libre 29/12/2009 00:31


On en apprend tous les jours !
Je ne suis définitivement pas abstème. Saint Chassagne Montrachet priez pour moi, pauvre pêcheresse...