Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mai 2010 5 28 /05 /mai /2010 19:37

Les thaumaturges ont été inspirés, si l'on en juge par la moisson d' "intermédiaires" sortant de l'ordinaire : macre, velte, barge, terse, ferté, herve, marte, selve, baile, serte. Autant d'occasions de se rafraîchir la mémoire ou parfois de découvrir un mot inconnu.

On doit également relever la grande diversité des récits thaumaturgiques, tant dans la forme que dans le contenu.

Merci à celles et ceux qui m'ont fait parvenir une image pour illustrer leur texte, cela m'a évité des recherches qui sont rarement rapides si l'on veut  que l'illustration convienne.

J'ai placé par-ci, par-là quelques astérisques pour signaler des notules en fin de texte ainsi que des liens intéressants.

 

La toute première image, qui symbolise notre Grand Oeuvre collectif m'a été envoyée par une spécialiste des images qui parlent, j'ai nommé Claire Fo. Son texte est un peu plus loin, dans l'ordre chronologique d'arrivée de vos envois, ou presque.

vache en herbe

 

Saoulfifre a ouvert le bal avec une vache qu'il a enfermée avec sa trayeuse pour des raisons inavouables personnelles.

 

vache traite

 

 

  Ho la vache !


   Elle veut que le monde entier sache


   Que demain on la sacre


   Reine de la Sarre !


   Mais je la boucle sous la serre


   Avec sa trayeuse serbe


   Et elle se contentera d'un peu d'herbe !

 

 

 

 

 

 

 

 

Une supportrice de PH qui a désiré garder l'anonymat   macre

nous a remis la transmutation suivante :

 

 

PH a choisi pour faire pousser son herbe               

Un terrain montueux laissant passer la herse.

Des millions de graines il y a versé

Et il attend la pluie en sirotant un verre.

S'il pleut, de brune, sa terre devient verte

Sinon, pour lui son semis se fait perte.

Non, Dame Nature ne veut pas qu'il parte

Elle regarde les terres de PH sur la carte

Les entoure au stylo d'un immense carré

Et dit à la pluie, je ne veux pas qu'il se barre

Tu vois bien à quel point notre ami en a marre

Offrons à sa génisse de l'herbe et de la macre

Quand l'une ou l'autre elle mâche

Elle profite et devient une bien belle vache.

 

Croukougnouche est entrée en trans...mutation, et voilà le résultat : 

 

 

liqueur verteMollement allongé sur L'HERBE,
Je méditais sur la beauté du VERBE,

A mes côtés ,une barrique de liqueur VERTE,
Remplie d'au moins une VELTE * !
Je grattai malgré moi ma jambe VELUE,
Nostalgique d'une idylle jadis VÉCUE.
Je ruminais sombrement ma jeunesse DÉÇUE:
Miné par de longues années de DÈCHE,

J'en vins même,pour subsister ,à faire de la LÈCHE !!
Dans les jardins , je fus manieur de BÊCHE,

Sur des bateaux , repriseur de BÂCHE ,

Et dans les fermes , trayeur de VACHE..

 

Voilà la recette du rayon vert  qui brille dans ce verre vert.

 

 

* Wikipédia nous apprend (à moi, en tous cas) : La velte, de l'allemand dialectal Vertel, quart (all. Viertel) est une unité de mesure française de volume pour des liquides prémétrique.

Une velte valait exactement 384 pouces-du-roi cubes, soit 8 pintes, donc environ 7,62 litres. Malgré son nom, la velte n'était pas un quart d'un pied-du-roi cube, mais deux neuvièmes.
Le pied-du-roi cube contient une grande grosse de pouces carrées, 1728 = 26 x 3³. La roquille fut déjà définie 1½ pouces cubes, éléminant ainsi une fois le facteur trois.
Pour rejoindre le pied-du-roi cube, il était nécessaire que le facteur 9 soit encore assumé. Pour cela, le quart du pied-du-roi cube vaut 9 pintes, mais la velte en vaut huit.

 

 

Leroy D. , belge, nous a fait parvenir cette transmutation odoriférante à souhait :

 

C'est la qualité de l'herbe                                                                    herve

Qui fait la qualité de l'herve,

Ce fromage qui donne aux Belges cette légendaire verve.

L'un d'eux, pêcheur, me conta, buvant un petit verre,

Qu'un jour ayant en main son halieutique verge,

Il aperçut, assez près de la berge,

Un échassier racé, certainement une barge,

Qui des flamants se tenait bien en marge.

Il la vit qui cherchait, n'en ayant jamais marre,

Cette délicieuse châtaigne que l'on appelle macre ;

Sitôt saisie, d'un air bovin, elle la mâche

Ainsi que d'une herbe, le ferait une vache.

 

 

 

Tant-Bourrin quant à lui, se lance dans une petite scène agreste, à la façon de Virgile :

herse de prairieAlors que sur l'HERBE sèche passait la HERSE,

car c'était l'époque où l'on TERSE,

le paysan eut son TARSE

endolori par la ferraille de l'engin.

"Non mais quelle TARÉE !",

rugit-il a l'encontre de sa femme qui conduisait le tracteur.

"T'es complètement TAPÉE

du ciboulot ! C'est la gnôle que t'as LAPÉE

à ton petit déjeûner qui te fait aller de travers ?

Regarde, je ne peux plus garder ma chaussure LACÉE !" Mais comme il est un peu LÂCHE

et craint son épouse, il n'en dira pas plus.

"Peau de VACHE !",

se contente-t-il de ruminer.

 

 

 

 

 

 

L'UMP (Union des Mustélidés en Péril) nous a envoyé sa contribution, inattendue :

 

 Il y a l'HERBE qui parfume                                                     martre                                                                                                           

Il y a le VERBE qui encense !

Il y a celle qui met en VERVE

Et celle qui infuse, décoction VERTE ;

Cérémonieusement on la VERSE

Dans une tasse ou bien un VERRE.

Ce n'est pas là que PH est FERRE,

Son domaine c'est sa FERME.

Sa ferme, que dis-je, sa FERTE,

Son fief, sa place FORTE.

Et si la dernière louve depuis cent ans est MORTE,

On peut encore trouver parfois une petite MARTE*

Qui dans le bois de l'étang tout doucement se MARRE

En grignotant par-ci une baie et par-là une MACRE

Et qui dit à PH : tout c'que j'compisse ou MÂCHE,

Tant pis si l'on se FÂCHE,

N'ira pas, et tra-la-la, n'ira pas à ta VACHE.

 

*marte autre orthographe de la martre

http://cercledevie.e-monsite.com/rubrique,la-martre,379989.html

 

 

 

 

Voilà notre ami Topa qui vient nous entretenir d'un déjeuner sur l'herbe :

Ci-après un lien intéressant  (je n'ai pas pu intégrer la vidéo, désolé)

http://www.youtube.com/watch?v=7iBhGCFCJis&feature=player_embedded

 

déjeuner sur l'herbeLa reine de Salers veut déjeuner sur l'HERBE.


Lors quitte son château dont on lève la HERSE.


Son carrosse hélas dans le fossé VERSE.


Le quadrupède, ému, lâche une VESSE...


Il eût fallu qu'elle le VISSE,


Ecrit l'ami Romero VICSE


Sur Facebook, l'air est VICIE;


Il eût fallu que je le VICHE,


Répéta l'auvergnate VACHE.

 

 

 

Sortant du désert du Thar, Anita nous fait parvenir ce message :

 

   Une sympathique VACHE   

                                                        bière serbe

bourguignonne, dût passer la nuit sous une BACHE,

 

pour éviter que P.H. ne BACLE

 

la fabrication de l'unique BALLE

 

de foin qui remplirait sa SALLE

de bain.

 

Pour l'attacher avec des lianes, il se mit en SELLE

 

et chevaucha très loin jusqu'à la SELVE.

 

Mourant de soif, il fallut qu'il se SERVE

 

une bonne bière SERBE,

 

ce qui le fit rouler dans l'HERBE.

 

 

 

 

 

 

Myriam  a emboîté le pas de la voyageuse et nous dit tout de go :

 

 

paysan nu

Pour avoir une bonne HERBE

Bien sûr, il faut la HERSE

passée sur un terrain TERSE

en n'omettant pas de se dénuder le TORSE

Pour arriver à la dernière TOISE

sans passer par le carré BOISE

(où l'on sieste et parfois l'on BAISE

chut..il n'en sais rien le BAILE* )

et si le labeur n'est pas BÂCLE,

nous ne finirons pas sous une BÂCHE

grâce au bon lait de notre VACHE.

 

* Comme on ne trouve pas de baile partout je vous donne un lien.

http://www.cnrtl.fr/definition/baile

 

P.S. : P.H. n'est pas sur la photo.

 

 

Fabulo, confrontée à une pluie battante, a choisi de laisser ses mots tout nus, pour ne pas mouiller les beaux habits qu'elle prévoyait de leur offrir pour cette transmutation. Les voici, dans leur plus simple appareil.

 

vache qui pisseHERBE,

HERSE,

PERSE,

PERTE,

PESTE,

PISTE,

PISSE,

PASSE,

PACSE,

PACTE,

LACTE,

LACHE,

VACHE

 

 

 

 

 

 

Et là je ne sais plus si c'est PH ou Claire Fo, déjà citée en début d'article, qui m'a envoyé le texte qui suit:

 

 

 

La vache est là, qui me fixe, dans l'herbe                 vache de verre

Aussitôt, pour qu'elle fuie, je passe la herse.

Un torrent d'insultes je lui verse,

pour que, de peur, elle devienne verte.

Tout cela fut fait en pure perte.

Que faut-il faire pour qu'elle parte?

S'il le faut, je ferai un pacte,

et  me priverai du régime lacté!

Bon, la voilà couchée! Et moi, comme un lâche,

j'abandonne en pleurant!  Ah la vache!

 

 

Bon, vous êtes sûrs, c'est Claire Fo ! O.K.

 

 

 

 

 

La dernière contribution émane de Marie qui nous l'a lancée du haut de son parapente.

 

PICT5126 MontgolfièreSérénité : paisible périple en empyrée céruléen et parapente biplace.
Perplexité : est-ce une VACHE cette TACHE blanche près du ruisseau ?
Nervosité : passe-moi la longue-vue, vite...il faut que je SACHE...j'en ai la bouche SECHE d'inquiétude.
Anxiété : depuis mon escampette de la SECTE des Marmorosch *où à la SERTE j'ai été initiée, d'étranges visions m'assaillent...la dernière : un vieux SERBE chenu, vêtu d'une longue toge blanche, le VERBE haut, me prédisait, adossé à une GERBE de pourpres hémérocalles : nous nous retrouverons Marguerite...Tu t'écraseras à mes pieds, dans l' HERBE bleue au bord du ruisseau des chrysanthèmes coronaires...Ce jour est venu Marguerite...


Réalité : Marguerite, Marguerite! Réveille-toi, tu as promis à PH de collaborer à sa présentation couleurs charolaises. Il t'attend dès quatre heures ce matin esplanade de La Part Dieu, à Lyon...
Moralité : même aux aurores, s'éveiller après un tel cauchemar est un vrai soulagement...

* Marie fait-elle allusion au mouvement rosicrucien roumain ?dans l'affirmative ce serait bien de nous en dire plus, on manque un peu de doc .

 

 

  Désolé pour la mise en page lamentable,

sans rapport avec ce que j'obtiens en prévisualisant mon billet !

 

 oOo

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier de Vaux - dans TRANSMUTATION
commenter cet article

commentaires

jill bill 14/06/2010 10:48



Bonjour Olivier, j'ai suivi votre lien et me voilà au pré... à brouter toute cette herbe de très bonne qualité, vachement épatée par les talents sur la toile verte... On ne s'ennuie point chez
vous sieur Olivier... Bon lundi à vous signé jill



Olivier de Vaux 14/06/2010 22:56



Merci Jill, les transmutations sont toujours un grand moment de surprise ; tant de chemins, tant d'approches différentes pour aller d'un mot à un autre.



paysanheureux 31/05/2010 08:55



Je suis admiratif et impressionné par les résultats ! C'est incroyable; trouver autant de chemins différents me laisse sans voix...


Merci également aux petits clins d'oeil vraiment sympathiques...


Bravo à tous et merci au tenancier du lieu !



Olivier de Vaux 31/05/2010 14:46



A bientôt cher PH, et que le ciel te soit propice !



Marité 30/05/2010 17:20



Tant d'imagination !!! La Vache !!! Le pré était salé peut-être... et l'herbe bien grasse.
Bon dimanche.



Olivier de Vaux 31/05/2010 14:16



On essaiera de faire encore meuh la prochaine fois !



martine 30/05/2010 15:55



L'humour est dans le pré...



Olivier de Vaux 31/05/2010 14:15



On s'est bien amusés !



india 29/05/2010 23:16



Que de belles ruminations. Encore une fois, c'est réussi. Bravo à tous.


 



Olivier de Vaux 31/05/2010 14:14



J'espère que tu pourras te joindre à nous la prochaine fois, c'est un grand plaisir de chercher des itinéraires originaux et d'imaginer une petite histoire qui colle aux mots.