Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mars 2010 6 27 /03 /mars /2010 00:00

 

 

Comment rendre festive la corvée du grand ménage hebdomadaire ? Argh ! Dur, dur, mais c'est tout à fait possible, si l'on s'en réfère au professeur Schmürtz, que nous avons consulté à ce sujet.


D'abord on dispose de quelques uns des trucs et astuces valables pour le repassage, et puis on a la ressource de la transformation de la séance de ménage en séance de gym. Ecoutez-bien le professeur Schmürtz et votre vie changera !

  1. Fini le tablier et le torchon noué sur la tête, mettez-vous en tenue de gym : collant, tee-shirt et tennis, petite casquette à visière. Pour les messieurs, caleçon à fleurs et marcel uni, basketts et petit béret.

  2. Préparez une bouteille d'eau minérale et placez la dans un endroit accessible à tout moment.

  3. Programmez une musique très rythmée et mettez le volume au maximum.

  4. C'est parti, vous commencez par la poussière, évidemment, et en allant de haut en bas, plumeau dans une main, chiffon dans l'autre. Les zones situées en hauteur permettent de travailler les mollets, toute la partie haute devant être frottée en se hissant sur la pointe des pieds et en reposant les talons au sol toutes les 3 secondes. Par la même occasion on effectue de lents mouvement de rotation de la tête pour dégager ses cervicales. Les zones intermédiaires sont à traiter en flexion/extension et les zones basses en position allongée sur le ventre, en relevant simultanément les jambes et les bras allongés devant soi (les chiffons étant tenus fermement) : et un, et deux et trois.

  5. Précision indispensable : le dépoussiérage du chiffon et du plumeau, à la fenêtre grande ouverte doit être consécutif à un déplacement ad hoc jusqu'à icelle : soit des pas chassés, soit une marche à croupetons, soit un déplacement de type marelle, selon l'humeur et les besoins en tonus des mollets, des fessiers et des abdominaux.

  6. Murs et meubles étant dépoussiérés, il convient de s'attaquer aux sols. Le balayage doit permettre de travailler les rotations et d'affiner la taille. On peut l'assortir de mouvements de rotation du balai, pour faire travailler les poignets. L'utilisation de l'aspirateur peut également s'avérer intéressante ; il suffit de supprimer les tubes-rallonges et d'effectuer tout le travail, soit en se déplaçant en canard, soit en levant et abaissant l'engin (s'il a une poignée ad hoc) pour renforcer biceps, triceps et pectoraux. N'oubliez pas de changer de main régulièrement.

  7. Il est temps de s'attaquer aux vitres. Tiens, il pleut ! Vous n'avez pas remarqué qu'il pleut toujours quand on s'attaque aux vitres ? Là, l'exercice est très complet : vous montez sur une chaise ou un tabouret et immédiatement, vous levez une jambe, en arrière la jambe, et fléchissez légèrement sur celle qui vous supporte. Ensuite, vous saisissez le premier vantail qui gigote et essaie de vous déstabiliser et avec votre main libre vous lavez, rincez et re-rincez le côté de la vitre donnant sur la rue, parce qu'il pleut de plus en plus, en effectuant des mouvements circulaires et en terminant par les bords. On passe au second vantail et on change de jambe et de main.

  8. Avant de passer aux vitres côté intérieur, on boit un coup et on se décontracte. Voilà, même topo à l'intérieur avec une variante rendue possible par la fenêtre fermée : nettoyer simultanément la vitre de gauche et la vitre de droite, pieds légèrement écartés et bras tendus vers le haut, le règlage de la hauteur se faisant à l'aide d'une flexion des genoux, bien écartés.

  9. Il n'y a plus qu'à laver le sol : pour ce faire un seau, une serpillère et des gants, mais pas de balai brosse car vous avez là une occasion en or pour faire travailler tout votre corps dans un mouvement de va-et-vient d'une grande sensualité ; vous pouvez d'ailleurs assortir ce mouvement d'une respiration amplifiée voire de petits cris selon votre humeur et le seuil de tolérance de vos voisins.

  10. Ben voilà, c'est fini : dire qu'il va falloir attendre une semaine pour la prochaine séance ! Bien entendu, si vous avez la chance d'avoir un conjoint ou une conjointe disposé(e) à participer, n'hésitez pas à innover pour vous offrir des scènes de ménage torrides.

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier de Vaux - dans PROFESSEUR SCHMÜRTZ
commenter cet article

commentaires

Marie-Jeanne 29/03/2010 22:04


Cher Professeur Schmurt . Merci pour vos astuces
Je m'apprète à faire le grand ménage de printemps et je vous assure que je vais suivre tous vos conseils tenue,musique etc... Pour mon "homme" ce sera tenue cycliste vert fluo puisqu'il va
enfourcher son vélo en pensant que je vais pratiquer mon yoga pendant son absence .


Olivier de Vaux 29/03/2010 22:52


Il va donc pleuvoir sur la région, tant pis pour les cyclistes


croukougnouche 28/03/2010 17:38


oh! non! pitié ! pas toutes les semaines!
les chats seraient terrifiés et les araignées aussi!


Olivier de Vaux 28/03/2010 18:07


Alors, toi non plus, la fréquence préconisée par le Professeur Schmürtz te parait incompatible avec une vie paisible pour les araignées  de ton logis. Personnellement, j'ai un autre motif de
non respect de la périodicité choisie par ce grand scientifique, je vais certainement mettre en ligne une photo qui éclairera mon propos.


Emile Zona 28/03/2010 00:38


Faire tout ça chaque semaine, c'est de la folie!


Olivier de Vaux 28/03/2010 14:46


Entièrement d'accord, à ce rythme là l'addiction est proche, mieux vaut dormir sous les ponts, on n'a pas tous ces soucis domestiques.


claire fo 27/03/2010 17:34


Le prof.,il ne ménage pas ses conseils pour sa saleté de manie de la propreté!À proprement parler,c'est une sale affaire le frotte-âge,ça devient du temps perdu,
passé à déplacer la pousse-hier.


Olivier de Vaux 28/03/2010 14:42


J'ai bien aimé le frotte-âge.


Andiamo 27/03/2010 10:35


Et la tête de loup pour dépoussiérer les moindres recoins ? C'est bien aussi le va et vient de la tête de loup.


Olivier de Vaux 28/03/2010 12:52


C'est super la tête de loup, mais gare aux torticolis bidineux !