Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 décembre 2009 4 31 /12 /décembre /2009 08:00

J'étais encore bien petit lorsque le Canard Enchaîné, à l'initiative d'Yvan Audouard, a créé l'Album de la Comtesse, minuscule rubrique de quelques lignes qui a eu le mérite de tirer de l'anonymat un art fort ancien (il remonte au 16 ème siècle pour notre beau pays mais l'Antiquité grecque et latine semble ne pas avoir totalement négligé la chose). Quelques années plus tard, Luc Etienne a publié chez Jean-Jacques Pauvert sous le titre "L'ART DU CONTREPET", un " Petit Traité à l'usage des Amateurs pour résoudre les Contrepèteries proposées et en inventer de nouvelles".  J'ignorais tout de cet ouvrage alors que, déjà, j'aimais mettre en garde mes petits camarades afin qu'ils ne glissassent point dans la piscine. Ce traité a précisé avec une grande rigueur les règles de composition des contrepèteries, règles qui sont respectées par tous les experts en la matière.

Il a été suivi de plusieurs publications dignes d'intérêt dont les ouvrages de Jacques Antel, de Jean Pouzet et de Joël Martin qui tient depuis 25 ans les rênes de l'Album de la Comtesse.


Initié à 16 ans par un cheminot grand lecteur du Canard Enchaîné, et traducteur virtuose de l'Album de la Comtesse, tenu alors par Luc Etienne, j'ai découvert simultanément l'univers de la politique et des jeux de mots, car le Canard, outre ses  contrepèteries et ses calembours, offre à ses lecteurs cruciverbistes des définitions de mots croisés autrement plus subtiles et jubilatoires que celles des mots fléchés qui bien souvent se contentent de puiser dans le dictionnaire des synonymes.

 

Si vous voulez découvrir ou redécouvrir l'Art du Contrepet et à défaut de trouver en librairie l'ouvrage du même nom dont la seule introduction est une merveille pour l'esprit, n'hésitez pas à consulter les deux liens ci-après :

 

 

 

Wikipédia  dont il faut reconnaître l'extraordinaire capacité à englober la totalité des savoirs même les plus farfelus,

 

et cette rubrique de Fatrazie, très bien documentée, comme toujours.

 

Contrepet

 

Enfin, vous trouverez facilement les ouvrages de Joël Martin, cet homme qui contrepète comme il respire et pour lequel on se demande s'il arrive encore à s'exprimer normalement, tout comme ce fut le cas de Georges Perec lorsqu'il écrivit "La Disparition", roman policier lipogrammatique en e de près de 300 pages.

 

Dernière précision : s'il est vrai qu'une contrepèterie réussie, sous des abords anodins, doit dissimuler une phrase tout à fait inconvenante,  voire obscène, il n'est pas nécessaire qu'elle soit vulgaire pour autant, et c'est dans cette nuance subtile que chacun reconnaîtra les siens.

 

Je laisserai le mot de la fin à Victor Hugo, grand amateur de jeux de mots divers et variés : Le poète qui rêve est un néant fécond.

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier de Vaux - dans MOTS
commenter cet article

commentaires

Le Dzveux 22/12/2014 18:18


Dz'vas essayi d'contre peuter en patoîs !