Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 avril 2010 7 11 /04 /avril /2010 22:30

 

Comme la plupart d'entre nous, je commets des fautes d'orthographe, ce qui me navre. Bien souvent il m'arrive de savoir que tel mot bien précis a un genre délicat à définir, deux orthographes différentes ou un problème de doublement de consonne mais pas moyen de me souvenir du bon genre ou de la nécessité de doubler ou non la consonne : je sais donc qu'il y a une probabilité de faute mais cela  ne m'avance guère.

 

Pour pallier cette carence orthographique récurrente je vous propose de participer à l'élaboration d'un recueil de phrases inoubliables garantissant un respect sans faille de l'orthographe. C'est donc l'occasion pour moi de créer une nouvelle rubrique : CHAUSSE-TRAPES. Je sais bien, en écrivant chausse-trapes avec un seul "p" que d'ici peu la bonne orthographe deviendra fautive mais c'est plus fort que moi, je me dois de respecter ma langue tout comme  je me dois de respecter mes ancêtres.

L'argile servira d'exemple et sera le premier mot à entrer dans ce recueil. Doit-on dire un argile ou une argile ?

Comme disait l'arrière-grand'père d'Obama "un doute m'assaille". Après vérification du genre dans un ouvrage digne de foi, il convient de forger une formule inoubliable, une de ces formules qui font la réputation des institutrices, instituteurs et autres professeurs des écoles.

Pour l'argile, je pense avoir trouvé et je dis, péremptoire :l'argile la plus fine est anglaise ! Cette main basse de la perfide Albion sur cette noble matière est suffisamment révoltante pour que nous nous insurgions et que soit enfin gravé dans l'argile de nos mémoires, le genre de cette roche sédimentaire. Quant à la glaise, qui est une terre argileuse et non une argile, elle est encore exploitée dans des glaisières.  Notons au passage le verbe glaiser (enduire de glaise ou amender avec de la glaise) fort apprécié des amateurs de contrepèteries soucieux de l'entretien de leurs bancs.

 

Le Robert des difficultés de la langue française nous signale à la lettre A, entre autres joyeusetés :abîme et abyme, addendum et addenda, alêne, alizé, alvéole, ambages, ambre, annales, antidote, antre, aphérèse et apocope, apogée, appareil , appas et appâts, à propos et à-propos, arrhes, augure, aurochs, j'en passe et des meilleurs. Si certains de ces mots vous inspirent une phrase d'anthologie (l'Anthologie  des Difficultés Surmontées de la Langue Française *), mettez-la en commentaire. Grâce à l'A.D.S.L.F. bientôt nous naviguerons à grande vitesse sur l'Océan de la Francophonie.Si une phrase ne suffit pas, s'il faut un texte, un poème, une opération mathématique, allez-y et vive(nt) les mots !

 

* Quand je dis langue française, je n'oublie pas tous ceux qui dans le monde francophone, font vivre et défendent le français. Combien de mots du Québec, de Belgique, de Suisse, d'Afrique, des îles, chaleureux, colorés, évocateurs attendent d'entrer dans nos dictionnaires. Le dictionnaire du Scrabble est un précurseur et sur le Net, Lexilogos mérite d'être consulté sans retenue.

 

Désolé d'avoir été un peu long pour ce premier article de la rubrique CHAUSSE-TRAPES qui pourrait tenir en une ligne :

 

argile : nom féminin l'argile la plus fine est anglaise ! *

 

P.S.  Merci à JEUtuil, qui m'a donné l'idée de cette rubrique

 

  * Il va de soi que l'ADSLF entend être d'abord et avant tout l'occasion de caresser les mots de notre belle langue, il ne faudra y chercher ni définitions exactes ni règles de grammaire.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier de Vaux - dans CHAUSSE-TRAPES
commenter cet article

commentaires

La Licorne 13/04/2010 23:41



Je précise (pour les distraits et les endormis) que mes phrases visaient à rappeler que les mots alizé, apogée, antre et ambre sont des noms MASCULINS.



Olivier de Vaux 15/04/2010 07:46



Il n'est jamais inutile de mettre les points sur les i et lorsque ton alizé, à l'apogée de sa puissance, est venu caresser les pilastres d'ambre de ton antre, nous avons frémi en pensant que si
tu t'en hâlais sous ton ciel de lit, tu risquais dévêtue un petit rhum bien chaud. Prends bien soin de toit !


 



La Licorne 13/04/2010 23:36



Olivier, à l'heure où l'envie de bâiller se fait sentir et qu'on resterait bien là, à bayer aux corneilles... nous donner du fil à retordre, et des mots à détordre, est-ce bien raisonnable ?


Voyons un peu ce qu'on peut trouver de "bien pédagogique" et facile à mémoriser:


La belle azalée se coucha sous le souffle du puissant alizé.


Un chapeau j'ai, un appeau j'ai, un apogée !


Je n'entre que si l'antre est désert !


Ambre gris, ambre doré, en Bretagne est adoré.


Allez, je m'en vais "hâler" sous d'autres cieux maintenant...j'ai bien assez travaillé...Bonne semaine à toi !


 


 


 



Olivier de Vaux 15/04/2010 07:48



Pile poil, on frôle la ferpection !



Aurore 13/04/2010 14:56



Sous l'égide (mot féminin) d'Olivier, le dieu des mots, à son blog j'ai confié mon égide, bouclier merveilleux que je viens d'emprunter à Zeus et à Athéna. Que mon égide soit sous bonne
garde !



Olivier de Vaux 13/04/2010 21:10



L'égide est belle, elle sent bon la chèvre.


Le bouclier fiscal est laid, il pue  le fric.


 


 


 



Topa 13/04/2010 10:33



D'abord, bravo pour l'initiative et la finesse de "l'exemple" !...


J'ai bien peur d'être beaucoup plus terre à terre avec cette proposition qui est une espèce de dicton d'ivrogne :


Après le pastis, un pastiche. Avant, une pistache.


 


(+ un peu de pub pour un blog ami : http://legangdespistaches.over-blog.com)



Olivier de Vaux 13/04/2010 20:36



Hips ! Complètement cuits, les membres du gang des postiches sont repartis dans la patache des potaches !


 



Tant-Bourrin 12/04/2010 19:46



Pfffff... pas simple, ton exercice ! J'y cogite depuis ce matin, et tout ce que j'ai pu trouver ne casse pas trois pâtes à un plat de nouilles...


Seule création semi-potable : connaître le sexe de l'apogée (à la Titeuf)


L'apogée dit : j'ai pô "la" !



Olivier de Vaux 12/04/2010 23:16



Ma fréquentation de Titeuf, très limitée, ne m'a pas permis de bien saisir  le j'ai pô "la" . Oui, l'apogée vend chèrement sa peau ; j'ai pensé à l'apogée du chasseur à l'affût :
pour attirer les ptites cailles un appeau j'ai ! mais ça ne m'emballe pas vraiment. Ne désespérons pas la lumière finira par jaillir et dans une jaculation extatique
quelqu'un dira "alléluia" ou plus scientifiquement "eureka".