Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 janvier 2010 2 19 /01 /janvier /2010 17:49
 

En voulant illustrer mon article consacré à l'adjectif infundibuliforme, j'ai constaté que sur un tableau de Hieronymus Bosch, peint vers 1475 1480 le chirurgien pratiquant l'excision de la pierre de la folie était coiffé d'un magnifique entonnoir, alors que près d'un siècle plus tard, Pieter Brueghel l'Ancien ne reprend pas ce couvre chef dans son célèbre tableau, pas plus que Todeschini encore beaucoup plus tard. Je ne résiste pas au plaisir de vous montrer les trois tableaux.

Jérôme Bosch

Bruegel l'Ancien

Todeschini








Ma préférence va à celui de Jérôme Bosch mais je ne suis pas sûr du tout que l'entonnoir fut déjà le couvre-chef des fous (en l'occurence c'est le chirurgien qui l'arbore). Peut-être l'est-il devenu grâce à ce tableau ?

 

Si cette question vous taraude (pourquoi pas) vous trouverez des pistes de haut vol
ici










Plus d'entonnoir sur le tableau de Brueghel...

 

.. ni sur celui de Todeschini. 

Quant à l'efficacité de ce genre d'opération, on peut s'interroger. Il y a peut-être quelque chose à

creuser", en tous cas je vous propose de lire ceci avant d'affirmer quoi que ce soit :


COLAS-BENAYOUN M.-D. ; FIDELLE G. ; LAHUTTE B. ;’«L’extraction de la pierre de folie » : impact de la découverte d’une tumeur frontale calcifiée chez un patient mélancolique’, Annales médico-psychologiques, 2005, vol. 163, no1, pp. 73-77

La clinique des troubles de l’humeur peut prendre des formes atypiques, hermétiques, inaccessibles. La rencontre avec un jeune officier envahi par des pulsions de mort nous amène à nous questionner sur l’origine d’un trouble dépressif d’intensité mélancolique récurrent depuis deux ans. La rupture brutale avec son mode de fonctionnement antérieur, la résistance aux antidépresseurs, l’apragmatisme persistant et un épisode d’errance inexpliqué nous incitent à réaliser une imagerie cérébrale : « Le lobe frontal gauche est dévoré par une masse calcifiée de 6 cm de diamètre. » La comorbidité entre tumeur cérébrale et trouble de l’humeur est rare. Pourtant, leur intrication se révèle ici dans l’ordre du réel, de l’imaginaire et du symbolique. Cette « pierre de folie » cache une béance structurale ancienne. Loin de le guérir, l’extraction de la tumeur confronte notre patient au vide. La prise en charge pluridisciplinaire devra respecter cette fragilité narcissique toujours à la limite du morcellement, ou de l’hémorragie foudroyante.”

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier de Vaux - dans RUBRIQUE-A-BRAQUE
commenter cet article

commentaires

Epaminondas 20/01/2010 20:08


Et dire qu'il s'agissait peut-être de "la bosse des maths"!!! Quel gâchis!


claire fo 20/01/2010 15:50


Une "pierre de folie" je veux bien la garder mais une "béance structurale".ça fait peur!