Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 décembre 2010 4 23 /12 /décembre /2010 12:00

 

Ce n'est pas rien, mine de rien, cette transmutation. Pour rien au monde, et c'est rien de le dire, je n'aurais dit j'en ai rien à faire, cirer, battre (la liste est longue), il me faut écrire quelque chose, un petit rien, en moins de rien, si, si, en un rien de temps, rien de moins, rien de plus. On n'a rien pour rien, même si je suis bon à rien, rien de rien, même si je suis un moins que rien, un rien du tout, O.B. publiera mon billet comme un rien, bien qu'il ne rime à rien.

Mais, vous êtes encore là ! allez, circulez, y'a rien à voir !

 

Voici les transmutations, dans l'ordre de leur arrivée.

 

 

12 DuelTransmutons, transmutons...je me sens l'âme transmutine aujourd'hui...Je tenterai donc de montrer qu'en partant de RIEN, on peut atteindre ses BUTS, pour peu qu'on soit persévérant(e):

 

Je suis parti de RIEN

Je n'avais aucun LIEN

Avec le monde des puissants. Me LIER

Avec eux ? J'étais trop FIER.

Et puis je détestais le FIEL

De leurs mots. Pour de l'or, du pétrole, du FUEL,

Me battre sans cesse en DUEL ?

Menacer de pauvres bougres endettés, à cause de sommes DUES

Sans états d'âme, les jeter dans les RUES ?

Non, je n'ai pas participé à cette infâme RUEE

A cet univers de profit et de RUSE

Quitte à passer pour une BUSE

Mille fois contre eux j'ai BUTE

Mais au final, j'ai atteint tous mes BUTS.

 

La Licorne

 

 

 

Beaucoup d'humains travaillent et moi je ne fais rien            12 lion en cage

Ce n'est pas si facile, mais j'y ai mis du mien.

Pour les uns c'est les croûtes, pour les autres les mies,

Les pains sont tout autant inégaux que les vies.

Certains feront bombance, bons rôtis et bons vins

Et d'autres auront des plats bien plus maigres que fins.

Beaucoup m'admirent ici, c'est vrai que j'ai des fans,

Au Cirque Mégalo j'ai le plus beau des vans.

 

Napo, lion

 

 

 

 

 

12 fourmi travailleuseDe rien à tout !

 

Je suis partie de rien

Sans famille sans lien

Pieds et poings liés

Sans relations sans coucher aux lits

Mes heures tristes lots

Obéissante aux lois

Rigides comme du bois

J'aurais pu me saouler ! Ah elle boit !

Nenni ! J'ai bossé pour avoir un toit

Suis arrivée malgré tout...

 

jill bill

 

 

 

Tu vois mon p'tit gars, moi ch'suis parti de rien  

                            12 parrain

L'chômage est ton problème eh ben c'est pas le mien.

 

Regarde les abeilles si tu veux faire ton miel :

 

Du matin jusqu'au soir elles s'activent sans fiel

 

Et en hiver tu sais elles se passent de fuel.

 

Chez elles pas d'histoires ,ni de cul ni de duel

 

Et leurs maigres richesses à leur travail sont dues,

 

Elles n'en retirent rien, quand elles meurent elles sont nues.

 

 

 

 

T'as r'tiendu la leçon, ceux qui bossent sont des nuls.

 

Tonton

 

 


12 patineursSur la glace on s'amuse, on fait tout, on fait rien


Je glissotte, je dérape, voilà que vous riez


Vous patinez aussi et nos mains, vous liez


Pour, sur la mélodie d'une valse de Litz


M'emporter, c'est charmant, vers un gai triple lutz

 

 

 

Martine du JdV

 

 

 

Le tout et le rien, alternances croisées

 

Je ne sens plus rien                                                                          12 soldat mort

Vraiment rien du tout.

Et pourquoi, là, ce lien ?

Mon sang n'est plus que moût.

Je reconnais ce lieu,

J'ai compris, je suis mort !

Ma main à une main est liée,

C'est la main d'un grand more.

Notre fin pouvait se lire,

Nous étions points de mire.

De cette isba, sur nous on a tiré.

Ils se sont bien battus ceux des mirs !

Ma tête contre un pilier repose sur un tore,

Je vois du pain, des croûtes et des mies.

Des offrandes ? Ai-je tort ?

Cet esprit qui fonctionne est-il mien ?

Avec mon corps ne fait-il pas un tout ?

Ah, voilà la fin, maintenant il n'y a plus rien.

 

                                                Olivier de Vaux

 

La course relais

 

12 relaisNous étions vraiment partis de rien

chacun devait y mettre du sien

encourager l'équipe comme il sied

dans cette éprouvante course à pied.

 

Nous n'écoutions pas les vieilles pies

brasser les médisances et soulever les lies

promettre la défaite à notre destinée liée

tenter d' entamer notre moral à la lime.

 

Nous avions présenté notre plus fine lame

si rapide, si légère qu'une gazelle se pâme,

chaque tour de piste, était un pion damé

l'équipe adverse  complètement à la rame 

se délitait irrémédiablement, le moral sapé

les invectives fusaient, on sortait le linge sale

concurrents  mine défaite, le teint pâle

déboussolés cherchaient encore le pôle.

 

Nous gagnions, allions avoir le beau rôle

singerions nous des paons jusqu'à faire la roue ?

Notre entraineur,valait bien un Guy Roux

avait scandé nos noms, jusqu'à la quinte de toux

seuls,nous n'étions rien, ensemble nous étions tout

 

Tricôtine

 

 

"l'aire de RIEN"


C’est à n’y RIEN comprendre.
Vous en RIEZ encore!
Ne vous FIEZ pas aux apparences, ni à la position des lettres dans les mots.
Professeur Hur Luberlu, peu FIER, de bien haut vient de retomber.12 Lori
Médi Zante, son assistante, depuis longtemps chuchotait derrière son dos qu’il était fou à LIER.
Elle est depuis 15 ans fidèlement LIEE à celui dont elle se gaussait des calamiteuses expériences officinales.
Penaud, regard de cocker et mèche en pétard, il la convia à LIRE les résultats de ses dernières recherches. Elle s’attendait au pire.
Tout commence un dimanche de grandes marées.
Nonchalant, il laisse traîner sa filoche rose fluo du côté des rochers à l’abri des déferlantes, la tête farcie de formules alchimiques.
Il baille, signe que l’heure du goûter est arrivée, et puis la mer qui monte menace de le noyer.
Alors qu’il garrotte d’une vieille ficelle effilochée son épuisette sur son vélo rouillé, il y retrouve ébahi des œufs de LIRI.
Retiré dans son antre au milieu des cornues, il dorlote, chouchoute ces espérances de mollusques gastéropodes. Dans l’incubateur de son athanor, il les dépose rêvant de les offrir en ragoût persillé et aillé à sa dulcinée.
A présent, comment expliquer à sa belle qu’il n’y aura pas de réveillon de la mer. L’éclosion espérée n’a pas été celle d’une bernique mais d’un minuscule oisillon de LORI arc-en-ciel. A n’en point douter, en bon perroquet, ce babillard humiliera Hur allant partout conter sa mésaventure.
Hur qui souffre d’un gigantesque complexe d’infériorité vis-à-vis de son lointain et valeureux cousin Ben Hur s’en remettra-t-il?

 

Marie de Cabardouche





12 pieNon rien de rien
Aucun lien
Glups non il n'y a pas lieu
D'être au pieu
Avec des pies
Dans des prés
Elles nous ont pris
Et puis...
Elles s'envolent dans les buis.
Bruit de bris
Braille un brin
Lâche un bren
Aux cheveux ça fait du bien
Même si ça sent pas rien.



Parti de rien pour arriver à rien, je n'aurai de merci à dire à personne ! (C'est de Dac, non ?) d:^)

Saoulfifre

 

 

Et pour fermer la session, voici, hors sujet, les deux transmutations de Lenaïg qui, loin de son écran, avait décidé de prendre l'AIR, ce qui n'est pas RIEN !


Pour mettre la joie dans l'AIR,                  12 smiley

Il faudrait que le sage AIT

Le pouvoir de ce qu'il DIT :

Qu'on se marie sans DOT,

A la fortune du POT !

La chance vient au point SOT,

Ainsi qu'au foyer le RÔT !

Reste ferme comme un ROC,

Refuse ce qui est TOC !

Eh, TOI, ne reste pas COI,

Pousse un CRI, tu seras CRU !

Ne sois pas un casse-COU

Et marre-toi comme un FOU.

Equilibre FOI et LOI

Et sois heureux comme un ROI !

 

Arrête de brasser l'AIR                              

De crier tout le temps : AÏE !

Met du piment dans ta VIE,                                                            Pour moi il n'y aura qu'une OIE

Ne reste pas comme une OIE                                                                          OdV         

Agit, voyage puis OSE !

 

Lenaïg Boudig

 

 

12 norvègeMais Lenaïg, en s'apercevant de sa bévue a eu vite fait de refaire sa copie, la voici :


Il était parti de RIEN.

 

Mais il y mettait du SIEN,

Sans perdre son tendre LIEN ...

Qu'il fût à Lyon, Laon ou LOEN*,

Il n'aimait pas être LOIN

De sa femme et prenait SOIN

De l'appeler chaque SOIR,

De là, d'ailleurs, où qu'il SOIT :

Son travail oui, mais son TOIT

Et sa famille avant TOUT !

 

* Loen : village de Norvège



Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier de Vaux - dans TRANSMUTATION
commenter cet article

commentaires

Tant-Bourrin 29/12/2010 18:42



Magnifique cuvée !!! Bravo aux transmutants !!! Voilà la preuve éclatante que tout se crée et que rien se transforme ! :~)



Olivier de Vaux 29/12/2010 19:13



Tout secret dit nuit à l'emprunteur !



m'annette 29/12/2010 11:30



j'aime beaucoup ce jeu d'écriture!


J'ai lu le règlement, mais je n'ai point vu de date de départ ni de date d'arrivée!!


Peux-tu me renseigner?



Olivier de Vaux 29/12/2010 13:31



Cet article fait suite à celui du lundi que tu trouveras sous le titre

MARIE de Cabardouche 26/12/2010 22:41



Ces petits riens ont donné un tout aux multiples lectures.


Votre texte, grave, nous rappelle que ce bas Monde n'est pas toujours pavé de roses et qu'il faut savoir profiter des moments agréables de la vie. C'est ce que je vous souhaite en cette fin
d'année.


Merci pour le lori au bec d'ébène! 


Très cordialement. 



Olivier de Vaux 27/12/2010 07:52



Merci pour votre regard sur mon petit texte. Il faut dire que le rien se prêtait à des développements métaphysiques. L'Occident, gavé et émasculé, abruti par le consumerisme et le monde de
l'image semble bien près de sombrer et d'entraîner dans sa chute des bouleversements aux conséquences aussi considérables qu'imprévisibles. Notre génération, aveuglée par la vie facile rendue
possible par les ruines de la guerre, n'a pas su penser l'avenir, anesthésiée par la protection sociale et l'Etat providence. Malgré cette sombre humeur je sais profiter des petits bonheurs que
nous apportent la nature et celles et ceux qui, au-delà des contingences matérielles, par la magie d'Internet, donnent en partage un petit peu de leur âme. Amitiés.


 


 



Mousse 24/12/2010 11:03



Bonjour cher Olivier,


Profitant de Noël, à l'aube d'une nouvelle année, je te souhaite un bon réveillon et un Joyeux Noël.


Bien à toi



Olivier de Vaux 24/12/2010 15:27



Merci Mousse, Que ce Noël t'apporte les petits plaisirs qui rendent la vie heureuse.



le-panier-a-histoires-de-memette.over-blog.com 23/12/2010 23:25



Bonsoir à tous et mille excuses ! Je n'avais rien compris des règles de la transmutation, ni pour écrire ma contribution ni pour sa publication... J'ai pubié directement sur mon blog.... Bête à
manger du foin, comme l'âne de la crèche, mais ça, c'était pour la poésie du jeudi ! Heureusement, Lénaïg m'a tout expliqué et promis, la prochaine fois, je ferai beaucoup mieux! Enfin, pour la
procédure... pour la transmutation, on verra ... Joyeuses fêtes à tous !



Olivier de Vaux 24/12/2010 15:03



Chère Mémette, j'ai rédigé une page donnant les règles de la transmutation, tu la trouveras en dessous de l'inscription à la newsletter sur le côté droit de mes articles. Joyeuses fêtes.