Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 janvier 2010 5 01 /01 /janvier /2010 00:01
Aka01

Elle s'appelait Aka.

Aka02


 

Madame l'avait sauvée d'un massacre annoncé et l'avait installée devant la maison. D'abord amoureuse de moi, Aka, très exclusive, se montrait franchement hostile à tous les autres, mais les mois passant, elle accepta assez facilement bêtes et gens de son entourage immédiat.

 

 

 

 

 

 

Aka03

 

 

 

 

Son caractère changea brutalement lorsque la période de ponte s'acheva. Elle restait des heures entières sur son nid vide et il devint évident qu'elle déprimait, son plumage perdait son lustre, son oeil perdait de son éclat. Une réaction de notre part s'imposait et la décision fut vite prise, nous lui offrîmes trois oeufs censés avoir été fécondés.

 

Aka04




 

 

Dès lors Aka, qui avait toujours eu bon appétit, concentrée sur ses nouvelles responsabilités, ne quitta quasiment plus le nid et couva, couva le jour, couva la nuit, sans fin ni cesse, hum, en oubliant le boire et le manger, à tel point que nous commencions à nous inquiéter sérieusement pour sa santé lorsque, oh, merveille, deux oeufs éclorent. Aka était positivement ravie ; il fallait voir avec quel luxe de précautions elle s'installait sur sa progéniture d'adoption pour la réchauffer.

 

 

Aka05

 

 

 

 

Les oisons grandirent, toujours dans les pas de notre belle Aka, puis ils commencèrent à s'émanciper, la précédèrent et l'inquiétèrent même lorsqu'ils plongeaient dans l'étang voisin alors qu'elle ne savait pas se livrer elle-même à cet exercice, étant (étang ?) d'une espèce différente.

 

 

 

 

 

 

 

Aka06  Aka07

 

 

Lorsque les petits eurent quasiment atteint la taille de leur mère, nous constatâmes qu'elle commençait à trouver un peu lourde la surveillance de ces grands ados gloutons et insolents, peu attentionnés à son égard ; ils l'agaçaient, ils la fatiguaient. Comme nous n'avions pas l'intention de nous lancer dans l'élevage, nous décidâmes de donner les oisons.

 

Aka08  Aka09

 

 

Aka se retrouva seule et aussitôt qu'elle fut libérée de la présence de ses rejetons, son comportement changea du tout au tout. Elle qui était redevenue assez distante à notre égard depuis la naissance des oisons, accourait au moindre appel, montait sur nos genoux, nous bécottait tendrement. Elle adorait nos caresses et mes lunettes, les bisous sur la tête, les boutons de ma veste, les calins sous les ailes, sous les plumes, dans son duvet tout chaud et par dessus tout, elle adorait les bouquets de pissenlits qu'on lui offrait chaque jour, avec amour.

 

L'hiver approchait, il fallait envisager de refermer chaque soir le couvercle du fût lui servant de cabane, comme l'hiver dernier ; hélas, nous avons trop tardé et le renard, à la première gelée, a emporté Aka, ne laissant dans le pré qu'un petit bout d'aile, et quelques plumes éparses.

 

Chagrin et remords, remords et chagrin, Aka a réjoui notre coeur pendant tout une année et elle s'est envolée pour toujours. Madame ne mange plus de foie gras, et moi, sans foi ni loi, je pense à toi, Aka.

 

Aka10

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier de Vaux - dans RUBRIQUE-A-BRAQUE
commenter cet article

commentaires

Lôlà 04/04/2010 11:00



Bises à Aka la jolie.


La vie au dehors n'est pas un long fleuve tranquille...


Au dedans..pas sûr non plus d'ailleurs.


Emouvante histoire qui mouille mes yeux.



Olivier de Vaux 04/04/2010 18:27



Si on m'avait dit qu'un jour je m'attacherais à une oie, j'aurais ri-cané !



Epaminondas 07/01/2010 23:49


Si tu vas voir mon billet sur Nills Holgerson, tu comprendras, messire Olivier de Vaux, que je ne peux rester insensible à un tel article... C'est magnifique!

Bonne année à toi et à ceux que tu chéris et merci pour ta petite image dans les abonnés aux esperluettes!


mamienne 05/01/2010 14:37


Les oies sont des oiseaux très attachants , capables de tendresse et leur plumage est si doux !

Votre belle Aka est au Paradis des Animaux où ils finissent tous ...


anne 02/01/2010 12:29


oui tout est vrai et que c'est beau comme tu en parles.
je l'aimais moi aussi et bien sûr elle est souvent encore avec moi; ses doux yeux tournés vers moi, quand elle grimpait carrément sur mes genoux alors que j'étais assise dans l'herbe.
C'est par notre négligence qu'elle n'est plus là et j'en pleure parfois.
je crois toujours avoir le temps....
et il faisait tellement doux!
mais le renard était là.
nous aurons vécu une relation que je ne croyais pas possible; j'imaginais bêtement que ce contact n'existait qu'avec les mammifères.
Merci Aka de m'avoir appris cela.


paysanheureux 01/01/2010 21:24


Un peu triste le fin ! cette histoire est touchante...
Je vous souhaite de trouver de nouveaux compagnons de vie en 2010, à plume ou à poil... Et bien sûr, beaucoup de joies, de bonheur et de paix !